Cours de danses latines et de conversation en espagnol à Paris

L’histoire de la salsa

Salsa

L’origine de la salsa, à la fois une musique, une danse, et un genre est à retrouver dès la découverte de l’Amérique par Christophe Colon en 1492, auprès des mélodies et accords en guitare des colons espagnols se mélangeant avec les rythmes, percussions et chants des esclaves noirs arrivés en terre américaine et plus particulièrement dans le bassin des Caraïbes. Les esclaves se sont mis à danser la Rumba pour mimer les scènes quotidiennes de leur vies. Un des prédécesseurs de la salsa était la « Contredanse » dansée à Versailles. Celle-ci fut exporté à la Cours d’Espagne, puis aux Caraïbes durant la phase de colonisation, avec le nom de « Contradanza .»

Un autre point fondamental de l’origine de la salsa est à trouver auprès des rythmes utilisés dans les rituels des africains, et conservés grâce à la similarité existante entre les divinités africaines « orishas » et les saints catholiques. La première vague d’immigrants , allant d’Haïti à Cuba, a transmis une « Contradanza criolla » (hispano américaine) influençant directement la salsa. La vague suivante d’immigrants au XIX siècle a laissé son empreinte dans le « Son Cubano ».

Salsa
Ainsi, ce terme à vaste champs symbolique, est surgi d’une véritable fusion et englobe multiples genres musicaux. Le mot traduit littéralement « sauce » ou mélange de plusieurs ingrédients, ce qui donne du goût ou du « piment » aux mets. La salsa est issue de divers rythmes tels que le son, le mambo, la guaracha de Cuba, la plena de Puerto Rico, etc et d’autres styles différents comme la charanga, le conjunto, le sexteto.

Cependant, le vocable « salsa » est souvent employé de manière commerciale pour se référer à d’autres genres incompatibles tels que : le merengue, le cha cha cha, la cumbia et la bachata.  Ses racines sont à trouver du côté de Cuba, alors que son développement a eu lieu aux Etats Unis, Puerto Rico, Colombie, Venezuela, Mexique, Saint Domingue.
Cuba était le centre mais après la révolution de Fidel Castro en 1959, celui-ci s’est déplacé à New York, dans des quartiers latino de la ville tel que le « Spanish harlem ». Ainsi ont surgit des modes d’inspiration cubaine tels que :
-le son cubain en 1928
-le mambo en 1949
-le cha cha cha en 1954
-la pachanga en 1964
-le boogaloo en 1966, proche du rythm’blues et du latin jazz, se  confrontant ensuite aux Beatles et à la musique rock.

Les musiciens new-yorkais innoveront en ajoutant des « bongos » et des trombones, alors qu’une série d’artistes tels que Eddi Palmieri, Willie Colon, Ruben Blades, Celia Cruz, Ray Barreto, Cheo Feliciano… parmi d’autres seront enregistrés par le label « Fania », la maison de disques phare de la salsa.   Le concert organisé en 1971 au club Cheetah à New York, sera considéré comme le lieu de naissance de la salsa.
La salsa s’étend en Colombie,  berceau de la « cumbia » et du « vallenato ». Elle adopte des accents  particuliers à Santiago de Cali. Cette ville devient le symbole mondial de la salsa, vivier des danseurs, interprètes et chanteurs reconnus, ainsi Joe Arroyo, Fruko, Yolanda Rayo,Jairo Varela, Grupo Niche, Son de Cali, Kike Santander, Guayakan Orquesta…et beaucoup d’autres.  La salsa est pour eux une manière d’exister, un moyen d’expression culturelle et une seconde nature.
La structure de la salsa est très caractéristique. Elle se compose d’une introduction, d’une phase mélodique, d’une phase de rythme ou percussion appelé « montuno », d’une nouvelle phase mélodique et le finale. Les exclamations sont utilisés pour annoncer des changements de phase.

Nombreux instruments sont utilisés dans un groupe de salsa, même si la quantité d’instruments peut varier : 1) Une section rythmique : la basse ou tumbao ; le piano, son rythme est appelé le « son montuno »; 2) Une section de percussions : les congas, bongos et timbales ;  3) une section des cuivres : trompette, trombon et parfois des saxophons 4) Des voix : Le chant interprété par des « soneros » est souvent improvisé, et enfin des choeurs . La flute et le violon sont présents dans les formations issues du charanga, du danzon »ainsi que de la timba.

La salsa se danse à deux, à plusieurs, ou la pratiquer seul. En ligne, elle est « comparsa » ou salsa « suelta », à plusieurs couples, elle est Rueda de casino, qui se danse avec un leader et deux partenaires.


Vidéo Shakira dansant la cumbia : Hommage à la Cumbia colombienne

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *