Évènements culturels latins à Paris

Un éloge du Café Chantant

Par Benoît Clairville

Quel autre lieu que le café lyrique permet d’allier les plaisirs de la musique et de la convivialité ? Quel endroit offre à la fois, comme l’écrivait un homme du XIXe siècle, « un lieu de récréation, de plaisir, de goût et de gourmandise » ?

Les premiers cafés ouvrent à Paris dans la seconde moitié du XVIIe siècle et les musicos, ces cafés auxquels chanteurs et instrumentistes ajoutent l’agrément de la musique, apparaissent vers la fin du siècle suivant. Bientôt, l’idée d’animer les cafés par des représentations artistiques fait florès : cafés-spectacles, cafés-concerts, cafés chantants et leurs innombrables variantes se multiplient sous la Restauration, le Second Empire et à la Belle Epoque.

La chanteuse du café chantant

Sur les grandes avenues ou dans des coins plus reculés, de toutes tailles, ils ont nom Café des Arts, Café National, Café Godet, Café Moka, Café des Ambassadeurs, Café Morel, Alcazar d’été, Eldorado, Ba-Ta-Clan… On y entend romances, airs d’opéra et chansons à la mode, on y assiste à des pièces de théâtre, à des spectacles de danse… Certains d’entre eux, comme l’Estaminet lyrique, sont même recommandés par un musicien aussi éminent – et exigeant – qu’Hector Berlioz.

Au café, l’ouvrier coudoie le banquier, l’homme de la rue l’intellectuel, le peintre, le musicien…  Le poète Verlaine, les compositeurs Satie et Poulenc, familiers des salons bourgeois, sont aussi des habitués des cafés et des cabarets de Montmartre ou du Quartier latin. Certaines de leurs chansons et mélodies gardent l’empreinte des musiques légères qu’ils ont pu y entendre, et en restituent la quintessence. Elles sont dédiées à des voix fameuses de l’époque, Yvonne Printemps, Paulette Darty… En Italie, les ravissantes romances de salon de Francesco Paolo Tosti, sur des poèmes de Verlaine, Musset, D’Annunzio, s’ouvrent à un plus large auditoire dans le cadre du café chantant, où le public populaire fait ses délices des fameuses chansons napolitaines. Et c’est encore au cabaret que débute, avant de triompher au music-hall, l’un des plus grands noms de la chanson française : Edith Piaf…

Edith Piaf, chanteuse de varieté

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *