Évènements culturels latins à Paris

Les Matsès créent la 1ère encyclopédie contenant les savoirs des chamanes amazoniens

La transformation du chamane

‘Nous ne connaissons pas les frontières’

Les Matsés vivent dans la forêt, entre le Pérou et le Brésil. Ces derniers ont créé, avec les connaissances des chamans, une encyclopédie de médecine traditionnelle afin de préserver les savoirs anciens des peuples d’Amazonie. Le projet a été soutenu par une association de préservation des peuples de cette région connue comme le poumon de la Terre.

La forêt amazonienne est massivement exploitée pour l’industrie du bois et ses minerais précieux, ce qui cause une situation environnementale désastreuse, menaçant au passage bon nombre d’ethnies pour qui la foret est leur milieu naturel. De plus, l’Amazonie abrite 10% des espèces totales de la Terre, et serait composée de 390 milliards de végétaux. Paradoxalement, alors que nous trouvons toujours plus d’applications médicinales aux végétaux, la forêt perd de plus en plus de sa superficie.

 

« Nous ne consommons pas d’aliments industriels, nous n’achetons rien. C’est pourquoi nous avons besoin d’espace pour cultiver nos jardins ».Chaman Matsé AmazonieLes éléments intervenant dans la guérison chamaniqueMatsé parée pour la célébrationLes jeunes ont compris la valaur de ces savoir pour la survie

Les Matsé (ou Mayoruna) sont environ 2200 et vivent en communion avec la nature. Leur premier contact avec les Occidentaux remonte à 1969. À l’instar des autres peuplades, les sorciers et les chamans Matsés détiennent un savoir précieux acquis et façonné depuis des millénaires. Ainsi, avec la disparition de la forêt aura lieu la disparition des groupes humains et de leur savoir ancestral, concernant notamment la médecine.

Conscients de la disparition de leur milieu naturel, les Matsés ont voulu réagir et ont édité la première encyclopédie de médecine traditionnelle amérindienne jamais écrite, et ce avec l’aide de l’association Acaté, qui œuvre pour la préservation des peuples d’Amazonie. Selon le site Mongabay, cinq chamans ont apporté leur savoir pour l’élaboration de cet ouvrage de 500 pages, une véritable mine d’or de classification des plantes et des maladies ainsi que des modes d’utilisation des végétaux :

« L’encyclopédie est écrite du point de vue des chamans et par eux-mêmes. Ils décrivent comment les animaux sont connectés à l’histoire naturelle des plantes et des maladies. C’est une vraie encyclopédie chamanique, complètement éditée par les chamans. C’est une première en son genre » explique Christopher Herndon, président d’Acaté.

L’encyclopédie en question a été éditée en langue Matsé afin de protéger les informations. En effet, personne ne désire apprendre que ces savoirs peuvent à terme tomber aux mains de l’industrie pharmaceutique. Pour les Matsés, préserver et garder ce savoir est une question de survie puisque ils sont en train de disparaitre, en proie à des maux provenant de l’occident comme l’alcoolisme ou encore le diabète. De plus, les médicaments étant trop onéreux pour eux, les Matsés se doivent de continuer à avoir recours à leur médecine traditionnelle.

Enfin, la simple action d’écrire cette encyclopédie a permis la sensibilisation des jeunes Matsés, qui comprennent désormais l’intérêt vital de préserver les traditions et les savoirs qui en découlent. Ainsi, les chamans prennent des apprentis pour les former et leur apprendre tout ce qu’il faut savoir.

Les cultures préférées des Mayé per-mats-jv-02-cc_460 per-mats-jv-05-cc_460

« Nos ancêtres nous ont toujours dit que les étrangers étaient porteurs de conflits. Ils viennent chez nous, comme au temps du boom du caoutchouc, pour déclencher des conflits parmi nous »

 

 

© James Vybiral/Survival

"Souvent utilisé avant la chasse, le poison de grenouille permet d'améliorer la précision, la vision et l'énergie."

« Souvent utilisé avant la chasse, le poison de grenouille permet d’améliorer la précision, la vision et l’énergie. »

© James Vybiral/Survival

« Pour les Matsés, l’emplacement de la forêt est idéal car elle se trouve seulement à 10-15 minutes de leur village. Si un enfant est malade, c’est tellement plus pratique que de faire quatre heures de trajet pour trouver un remède » explique Christopher Herndon.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *